20 août 2019

Kamloops, C.-B. – Les externats réagissent à la nouvelle d’hier concernant l’approbation par le tribunal de l’entente de règlement du recours collectif concernant les externats indiens du Canada en se demandant pourquoi le Canada continue de refuser de régler un recours collectif similaire intenté au nom des externats qui ont fréquenté les pensionnats indiens . Les « Day Scholars » sont des personnes qui ont fréquenté un pensionnat détenu et exploité par le gouvernement fédéral pendant la journée, mais qui sont rentrées chez elles le soir. Les externats ont subi bon nombre des mêmes préjudices et abus graves que les autres élèves des pensionnats, y compris la perte de la langue et de la culture.

Les externats sont pratiquement les seuls groupes qui ont subi les méfaits de la politique des pensionnats du Canada et qui n’ont pas encore été indemnisés pour les préjudices qu’ils ont subis. Les Day Scholars ne demandent qu’une indemnisation basée sur la même formule que celle que les autres survivants des pensionnats ont reçue.

Cela est particulièrement déconcertant, car les externats qui ont fréquenté le pensionnat Mohawk Institute ont reçu une compensation en vertu du règlement relatif aux pensionnats indiens, mais les externats qui ont fréquenté d’autres pensionnats ont été exclus.

« Justin Trudeau parle beaucoup de la réconciliation, mais les actes sont plus éloquents que les mots », a déclaré la chef Rosanne Casimir, T’kemlu’ps te Secwepemc. « Il ne peut y avoir de réconciliation tant que le Canada n’aura pas rendu compte des torts qu’il a causés aux Day Scholars. Comme l’a déclaré le juge Harrington : « J’espère que le Canada ne continuera pas simplement à parler, mais qu’il suivra désormais le pas. »

« Je ne comprends pas pourquoi les Day Scholars continuent d’être laissés de côté », a déclaré le chef Warren Paul, Première nation Sechelt. « Nous avons souffert comme les autres élèves des pensionnats et des externats. Que faudra-t-il pour que le Canada nous traite équitablement ? »

« Les Day Scholars sont littéralement en train de mourir, et pendant ce temps, le Canada adopte une stratégie de litige difficile qui prendra des années et coûtera à la fois au public canadien et aux Day Scholars des millions », a déclaré le docteur Matthew Coon Come. « Pourquoi le Canada ne réglerait-il pas simplement les mêmes conditions que les autres victimes des pensionnats avant qu’un autre externat ne décède ? »

«Je trouve choquant qu’en 2019, le Canada refuse toujours de parvenir à une résolution juste et raisonnable avec les externats pour les préjudices subis par eux à la suite des pensionnats. Je trouve choquant qu’après six ans et demi de litiges et un an et demi de négociations, le Canada n’ait pas encore présenté d’offre significative pour résoudre ce tort historique », a déclaré le docteur Mathew Coon Come.