VANCOUVER et TORONTO, le 9 juin 2021

Les représentants des demandeurs dans le recours collectif Gottfriedson c. Sa Majesté la Reine du chef du Canada sont heureux d’annoncer qu’ils ont signé une entente de règlement avec le Canada au nom des Day Scholars et de leurs enfants. Ce règlement est une étape attendue depuis longtemps vers la justice pour ceux qui ont fréquenté les pensionnats en tant qu’externat et leurs enfants; cela signifie que, finalement, aucun survivant d’un pensionnat ne sera laissé pour compte.

Les externats sont des étudiants qui ont fréquenté un pensionnat détenu et exploité par le gouvernement fédéral pendant la journée, mais qui n’y ont pas dormi. Les externats ont subi la même destruction de la langue et de la culture que les autres élèves des pensionnats indiens, mais ont été injustement exclus de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2006. Après des années de refus par le gouvernement canadien, ce règlement signifie que les pertes subies par les Day Scholars et leurs enfants sont enfin reconnues.

Ce règlement comprend 10 000 $ pour chaque Day Scholar éligible et fournit 50 millions de dollars pour un Fonds de revitalisation des Day Scholars pour soutenir la guérison et la récupération linguistique et culturelle des Day Scholars et de leurs enfants. Les All Day Scholars qui étaient en vie au 30 mai 2005 sont inclus dans le règlement. Dans les cas où un Day Scholar est décédé depuis le 30 mai 2005, sa famille ou sa succession peut présenter une demande en son nom. De plus amples détails sont disponibles sur le site Web www.justicefordayscholars.com.

Avant que l’indemnisation ne puisse commencer, la Cour fédérale doit d’abord déterminer si ce règlement est juste, raisonnable et dans le meilleur intérêt des membres du groupe. Une audience d’approbation du règlement devrait commencer le 7 septembre 2021.

Ce règlement proposé n’affecte pas les réclamations de la classe de bande concernant les pertes collectives subies par les communautés autochtones à la suite de la destruction de la langue et de la culture causée par les pensionnats – ces réclamations se poursuivront en procès dans la seconde moitié de 2022.

Devis:

Diena Jules, boursière de jour et demanderesse représentante de la classe des survivants,
Tk’emlúps te Secwépemc :
« J’ai beaucoup souffert en tant qu’externat au pensionnat indien de Kamloops. On m’a appris à sentir que je n’appartenais pas au peuple Secwépemc qui pratiquait ma culture et mes traditions, et je me suis déconnecté de ma famille et de ma communauté. J’ai perdu ma langue, ma fierté culturelle et ma propre identité. Je suis fier que nous nous soyons défendus et que nous nous soyons défendus, et que maintenant, après de nombreuses années, nos expériences soient reconnues et récompensées. »

Charlotte Gilbert, boursière de jour et demanderesse représentante de la classe des survivants,
Tk’emlúps te Secwépemc :
« Pour moi, ce règlement signifie que le Canada reconnaît enfin que les externats ont également souffert dans les pensionnats. Nous sommes enfin heureux de voir cette reconnaissance 14 ans après le règlement des pensionnats.

Rita Poulsen, boursière fille d’un jour et plaignante représentante de la classe descendante, nation shíshálh :
« Aucun procès ne peut changer ce qui est arrivé à mon père ou à nous en tant que ses enfants. Il ne peut pas remplacer ce que nous avons perdu. Mais j’espère que ce règlement annoncé aujourd’hui pourra nous aider à nous mettre sur la bonne voie vers la guérison et la revitalisation de nos langues et cultures afin que mes enfants et petits-enfants parlent le sháshíshálhem et soient de fiers défenseurs de notre culture.

Pour plus d’informations sur l’accord de règlement Day Scholars, veuillez visiter www.justicefordayscholars.com

Contacter:
Jessie Sitnick
Argyle
416-859-8250
[email protected]